Formation Français

Démarrons par un exemple

Pour raconter des événements passés avec le présent de l’indicatif

Elle traduit les œuvres de Freud.
Elle commence à fréquenter les cercles littéraires parisiens.
Habituellement, on utilise les temps du passé, mais le présent de l’indicatif peut aussi être utilisé pour raconter des événements passés.

Le présent rend le récit plus actuel donc plus vivant !
On utilise souvent le présent de l’indicatif dans une anecdote ou dans une biographie. Certains diront que le passé simple est plus approprié. Quelles sont les pratiques de nos grands auteurs :

La Fontaine aime bien le présent et l’utilise très souvent mais parfois mixte le présent et le passé: « Le lion et le Moucheron » – on commence au passé : « C’est en ces mots que le lion parlait un jour au moucheron, mais on revient très vite au présent « Penses-tu, lui dit-il, que ton titre de roi me fasse peur ni me soucie », certes nous sommes dans un dialogue (autre style pour rendre le récit vivant) , mais un peu plus loin – « Dans l’abord il se met au large; puis prends son temps, fond sur le cou du lion, qu’il rend presque fou. » Cette alternance passé-présent donne beaucoup de vie au texte. Mais La Fontaine nous réserve d’autres surprises.

Les editions VOolume présentent un ensemble d’enregistrements qui sont parfaits pour mieux comprendre les grands auteurs français : Montesquieu, Montaigne, Bossuet, Nicolas Boileau, La Fontaine, Mme de Sévigné, Blaise Pascal, Molière, Racine, Corneille, Rivarol, tous dans la collection « une heure pour découvrir », lecteurs Sophie Da Cruz pour Montesquieu et Guillaume de Louvencourt pour les autres.

Revenons au bases de notre langue.

Les verbes du premier groupe: chanter, marcher, voler, aimer

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close